Faire Construire Sa Maison : Interview d’Horace BOURGY

Retrouvez l’interview d’Horace BOURGY, président d’INIXIA, dans le magazine Faire Construire Sa Maison :

Quels sont les critères des assurances de crédit immobilier en matière de santé ? Peut-on emprunter en étant malade ? Que risque-t-on en cas de fausse déclaration à la banque ?

Pas question d’obtenir un crédit sans assurance emprunteur. Elle couvre le décès, l’incapacité de travail, l’invalidité per­manente partielle ou totale. Dans la mesure où les banques cherchent à réduire les risques, elles vont s’intéresser à votre santé pour savoir s’ils vont vous assurer et à quel prix. Horace Bourgy, président du courtier en assurance de prêt lnixia, fait le point sur cette importante question.

Faire construire : pour emprunter, il faut forcément être en bonne santé ?

Ce qui compte, c’est de réussir à s’assurer pour obtenir le crédit immobilier. Un particulier en bonne santé n’aura pas de problème. Pour les autres, tout dépend des règles de souscription des assu­reurs. Le particulier qui présente des antécédents médicaux pourra être couvert par certains contrats et pas par d’autres.

Les garanties liées à la santé dépendent-elles du type de projet immobilier ?

Pour un investissement locatif ce sera plus simple car les garanties se limitent au décès et à la perte totale et irréver­sible d’autonomie. Pour une résidence principale ou secon­daire, les garanties requises seront plus nombreuses (décès invalidité, perte totale et irréversible d’autonomie, interrup­tion temporaire ou permanente de travail, invalidité perma­nente partielle) et le risque de se voir refuser telle ou telle garantie plus important.

En matière de santé, quels sont les critères rédhibitoires pour les banques ?

Les emprunteurs doivent bien prendre conscience que rien n’est jamais désespéré. Le plus souvent, il est possible de trouver une solution en passant par la délégation d’assu­rance, c’est-à-dire par la souscription d’un contrat d’assurance de prêt auprès d’un assureur spécialisé extérieur à la banque prêteuse, comme le permettent les lois Lagarde et Hamon.

Faut-il faire un examen médical pour emprunter ?

Les formalités médicales à réaliser varient d’un assureur à l’autre.Nous proposons des contrats permettant à des moins de 55 ans, sans antécédents médicaux, qui empruntent moins de 500 000 € de souscrire sans avoir à passer d’exa­mens médicaux complémentaires au questionnaire de santé. Et même la possibilité d’une télé-sélection jusqu’à 1 M € d’emprunt pour les moins de 46 ans !

Mentir à la banque, c’est risqué?

Une fausse déclaration peut entraîner une déchéance de garantie. Les primes versées restent acquises à l’assureur; qui a droit au versement de toutes les primes échues à titre de dommages et intérêts selon l’article 113-8 du Code des assu­rances. Autre problème : les ayants droit du particulier qui a menti peuvent avoir à payer, l’assurance ne prenant alors pas  les mensualités en charge.

La convention Aeras (S’Assurer et em­prunter avec un risque de santé aggra­vé), c’est efficace?

Elle permet aux publics concernés de souscrire une assurance s’ils ont moins de 70 ans et s’ils empruntent moins de 320 000 €. Elle instaure également un droit à l’oubli pour ceux qui ont été victimes de graves maladies et qui en sont guéris. Cette convention permet de trouver des solutions d’assurance aux emprunteurs ayant ou ayant eu des pathologies particulièrement lourdes.

Un dernier conseil ?

Ne jamais faire de fausse déclaration. Emprunter avant 64 ans afin d’avoir accès à une offre de contrats la plus large possible. Et recourir aux services d’un courtier : il connaît les pratiques des banques et des assureurs, ce qui lui permet d’orienter l’emprunteur vers les solutions les plus efficaces.

Propos recueillis par P. Chevillard

> Consulter l’article dans son format original <

31 juillet 2017

Revue de Presse


Poster un commentaire